Récits et Légendes de Venise

Aux grand maux, très grands remèdes

La peste, la thériaque et autres médecines

Carrefour des poisons, virus, bactéries et épidémies.

S’il est bien un endroit où les pharmaciens et autres charlatans ont fait fortune, c’est bien Venise.

En effet, à Venise il y avait un incessant brassage des populations, de marins, de commerçants, d’ouvriers, d’étrangers, d’esclaves, de bourgeois artisans ou de Nobles, arrivant de toute l’Europe, communiquant avec la Turquie, le Moyen-Orient ou même les Indes ou la Chine, (comme Marco Polo mais il était loin d’être le seul).

Et bien sûr, on y prenait toutes les maladies possibles.

La Peste a frappé six fois (au moins) à Venise, avec des hécatombes (1348, 1462, 1485, 1506, 1575, 1630). En 1320, une première peste noire venue des steppes mongoliennes tua presque 60% des Chinois et se propagea pendant 30 ans dans le monde oriental puis dans toute la Chrétienté.

En 1468, le Sénat de Venise, en plus des lazarets existants (sur des îles appelées Lazaretto Vecchio et Lazaretto Nuovo près du Lido) et hébergeant les malades locaux, décide de mettre "en quarantaine" tous les bateaux et marins venant de l'étranger. Le mot "quarantaine" vient de ce laps de temps imposé par le Sénat. Non seulement les hommes y étaient placés et surveillés, mais aussi toutes les marchandises, et même les bateaux qui, selon leur lieu de départ, étaient démontés, et purifiés dans l'ile du Lazaretto (avec des fumées et des vinaigres, maigres remèdes).

1575 La peste et la Redentore

En 1575, une énorme épidémie ravage toute l’Europe, et Venise n’est pas en reste. Près de 50000 dans les deux années qui suivent, avec très peu de mesures pour assainir ou traiter les lieux et les gens.

De nouveaux lazarets apparaissent, placés sur les îles au large dans la lagune, ou même dans des bateaux arrimés au large. On y entasse les malades qui ont quelques heures à vivre, les manipulateurs sont des prisonniers ou des étrangers, et quelques congrégations religieuses. En 1576, le Titien, le plus grand peintre de la Renaissance, en meurt (il avait quand même 90 ans …).


Devant ce fléau, en 1575, le Sénat implore l’aide de Dieu en personne pour conjurer l’épidémie. Il décide de faire construire à la Giudecca (la grande île du sud de Venise qui doit son nom aux Juifs originellement vivant là) la Chiesa del Santissimo Redentore. La première pierre est posée le 3 mai 1577.

Curieusement, la maladie a déjà régressé, et se termine en juillet 1577. Alors on fait un immense pont de barques de 600 mètres de long, et on part en procession sur le chantier. Cette fête perdure tous les ans depuis, et mobilise pas mal de monde. Et la Redentore est achevée.

1630 la peste et la Salute

Rebelote si l’on ose dire en 1630.

Partie de Lombardie, la peste atteint début 1630 Mantoue assiégée par Ferdinand (on est en guerre de Trente ans avec une défaite cuisante de Venise contre l'Espagne et le Pape). Des ambassadeurs arrivent à sortir et à aller à Venise pour demander des vivres, ils sont isolés sur l'île de San Servolo. Mais en juillet 1630 un menuisier habitant près de Sant’Agnese et travaillant chez l'ambassadeur et sa famille terrassés par la peste, l'introduit dans Venise, et elle se propage rapidement compte tenu de la situation sanitaire et des mouvements de populations.

On organise des processions sans fin sur la Piazza, des chasses aux "propagateurs de peste" (les Untori). On importe des barges de chaux vive de Trévise, on fait construire des milliers de lits à l'Arsenal (la moitié des Arsenalotti mourra) pour les mettre à San Servolo.

Le 22 octobre 1630, le Sénat et le Doge font le vœu de construire une église, celle-ci dédiée à la Saint Vierge, et d'y organiser une procession solennelle annuellement. Avec 14000 morts en novembre, la (dernière) peste va tuer plus d'un quart de ville (50000 morts environ en tout) jusqu'en novembre 1631 où elle s'éteint comme elle était arrivée. On rase toute la pointe de Dorsoduro, on y plante plus d’un million de pieux, et on bâtit dessus.

Entretemps, le jeune Baldassare Longhena est choisi comme architecte de la nouvelle église, on rase le vieil hospice existant, un emprunt est levé, 10000 ducats sont demandés aux Juifs, Niccolo Contarini Doge pose la première pierre le 1er avril 1631, et meurt tout de suite après avec la dogaresse et sa famille, de la peste.

Prévue pour le 21 novembre, la première procession à la Salute eut lieu le 28 novembre avec un pont de barques enjambant le canal (comme pour la Redentore, mais c’est nettement moins compliqué).

La peste oui, mais pas que …

Mais la peste n’est pas le seul fléau. Un autre fléau est la syphilis. En effet, port et carrefour de l’Europe, Venise était le lieu privilégié pour les courtisanes et autres prostituées, des deux sexes d’ailleurs. L’église de San Cassiano fut fermée avec des chaînes à cause des pratiques sodomites trop fréquentes dans l’église.

A maintes reprises, le pouvoir prit des mesures pour interdire les pratiques de prostitution, mais évidemment, comme le jeu avec les casinos, rien n’y faisait, et on se mit alors à encadrer la profession si on ne pouvait pas l’éradiquer, tout en mettant l’accent sur les relations hétéro sexuelles (l’homosexualité était encore vivement combattue).

D’ailleurs, le Ponte delle Tette porte bien son nom : en effet, avec le quartier des Carampane (Ca’ Rampani, maisons appartenant à la riche famille Rampani), lieu de résidence d’une foule de prostituées, à cet endroit, les filles se mettaient à leurs fenêtres, les seins découverts. Ceci pour montrer qu’elles étaient du bon sexe aux amateurs qui passaient par là, souvent intéressés …. Tette signifie tétons au pluriel, inutile de préciser. Il y a d’autres calle (calli ?) et ponte della Tetta dans Venise.

En dehors de ces deux maladies, il y en avait certes beaucoup d’autres, dues à la malnutrition, à l’hygiène déplorable, à la lagune et les canaux pestilentiels, à l’importation de denrées minées par des virus et autres bactéries non indigènes et qui frappaient encore plus violemment les habitants.

Tout cela faisait la fortune des spécialistes des herbes, onguents, et autres potions à base de produits pas toujours recommandables pour faire un médicament ! Venin de serpent, corne de rhinocéros, fiente de pigeon, urine de cheval et autres joyeusetés dont j’arrête la liste ici, composaient allègrement ces remèdes magiques ; Et tout le monde se ruait dessus, bien entendu.

La pharmacie à Venise

Venise a été très longtemps, du 11ème au 19ème siècle, la capitale de la Pharmacie européenne. Ceci pour au moins 4 raisons :

1. Les bibliothèques, en particulier la Marciana sur la Piazza, conservent des milliers d’ouvrages de médecine venus d’Arabie et de l’Orient : Avicenne, Averroes, etc. Ces livres étaient importés facilement compte tenu des échanges avec ces pays en avance à l’époque.

2. Les produits entrant dans la composition complexe (et farfelue) des « remèdes » étaient facilement trouvables avec l’importance du commerce vénitien avec les pays arabes et le Moyen-Orient. A partir de 1468 les équipages et les cargaisons remplies d’épices et autres graines exotiques étaient mis en quarantaine dans l'île du Lazzaretto Nuovo, avant de débarquer au Rialto.

3. Avec l’arrivée de l’imprimerie et la création de très nombreuses maisons d’édition, les ouvrages sur la médecine et la pharmacie ont explosé à Venise. La profession de pharmacien est devenue très réputée au point qu’ils avaient même le droit d’épouser une femme noble !

4. Le terrain était idéal pour toutes les épidémies et de maladies exotiques, et allait créer des traitements aussi exotiques. Il y eut à un moment plus de 90 pharmacies à Venise. Au début du 17ème siècle, une loi interdit de créer de nouvelles pharmacies à moins de 100 pas vénitiens d’une autre. Ces officines fabriquaient des tas de produits miracles aux mélanges redoutables de complexité. D’ailleurs les contrefaçons (avec de fausses étiquettes ou de faux produits), et les remèdes imaginaires florissaient, y compris dans les monastères qui exportaient à tout va des produits non contrôlés en Europe. On verra plus loin l’exemple de la Thériaque.

La Spezieria all'Ercole d'Oro à Cannaregio

C’est encore et toujours une pharmacie, au 2223 de Cannaregio (Strada Nova, la grande avenue qui va vers la gare et vers Santi Apostoli, parallèle au Grand Canal).

Elle a conservé une salle de l'ancienne pharmacie tout bonnement magnifique, et il ne faut pas la rater si on est dans le coin (juste après l’église San Felice et juste avant le Campo Santa Fosca).

On y voit les anciennes boiseries de noyer, les pots, les ustensiles et les décors. C’est aussi l’endroit où les érudits Vénitiens aimaient se rencontrer pour discuter.

On y inventait et on y produisait des potions à base de venins, et des pilules purgatives (del Piovan) de réputation internationale.

La thériaque à San Stefano

C’est un contrepoison.

A l’origine, on a un poème portant sur les morsures par des animaux, par un poète grec au 2ème siècle AVJC en Ionie. Il s’intitule la Thériaca (qui signifie vipère).

Le roi Mithridate en 65 AVJC inventa cette potion avec 46 ingrédients.

Plus tard, Andromaque le Vieux, le médecin de Néron, rajouta 25 autres produits et on lui donne ce nom définitif dans les ouvrages de médecine. Le fameux philosophe et médecin Galien lui donne dans ses ouvrages ses lettres de noblesse au 2ème siècle.

A Venise elle connut un grand succès (l’empoisonnement était assez courant au Moyen-Age). Sa production était extrêmement réglementée par le Sénat et les Provéditeurs à la Santé.

Ils avaient défini précisément les lieux de production seulement dans la ville, parmi lesquels :

  • A l’enseigne des deux Sarrasins dans la Merceria
  • A la pharmacie de la Tête d’Or à San Bartolomeo à côté du Rialto
  • Alla Vecchia à San Luca
  • Alla Nave à San Moise
  • A la farmacia di San Stefano,
  • Au ponte dei Bareteri sur le chemin entre Rialto et Piazza (pharmacie de l’Autruche d’Or)

Les composants devaient être exposés au public pendant trois jours. Puis on sortait des mortiers en bronze, ou plus tard des espèces de gros chaudrons en cuivre qu’on remplissait de plus de 60 composants tout aussi fantaisistes les uns que les autres (corne de licorne, en fait de narval, testicule de cerf, chair de vipère, et plein d’autres graines et herbes exotiques). Mais aussi et surtout beaucoup d’opium (le pharmacien vénitien était un malin …).

La préparation et la maturation était très longue, justifiant le prix élevé, et augmentant son attractivité auprès des amateurs et badauds. Elle devait être laissée à fermenter pendant un an et demi. Comme il y avait plein de contrefaçons et de charlatans, en 1258, le Sénat impose au moins 6 mois de fermentation avant la vente : « Quod nullus vendat turiacam nisi sit facta ultra menses sex ». Et toc.

La préparation à la fin du printemps était faite en présence et sous la surveillance étroite du Conseil des Pharmaciens, du Collège des Médecins, des Examinateurs de la République. De grandes foules regardaient le spectacle avec l’arrivée des cages remplies de vipères vivantes.

Contre quelle maladie servait-elle ? A peu près toutes, même si au départ c’est un antidote aux poisons à base de jus de pavot. Mais on a eu vite fait d’étendre son pouvoir.

Le dépliant publicitaire (je plaisante) indique : « per Veleni, per Flati, e mille Mali »

Aujourd’hui, on a des gélules et des prestations plus sérieuses même si on ne sait pas trop si c’est vraiment aussi efficace que la notice le dit.

Que reste-t-il à Venise de cette Thériaque ?

Si vous êtes allé à Venise vous avez déjà marché au moins une fois sur un vestige concret de la fabrication de la thériaque.

Au campo San Stefano, regardez où vous mettez les pieds. Ce campo est célèbre pour ses courses de taureaux, pour ses palais imposants (Loredan, Morosini, Pisani, Cavalli Franchetti, etc). A peu près au niveau du palais Loredan, il y a en face une pharmacie, et des cafés vers l’église San Stefano. Allez au coin de la pharmacie et faites quelques pas entre celle-ci, le café proche, et la statue de Tommaso. Cherchez des traces rondes dans les gros pavés du campo.

Il y en a plusieurs. Elles correspondent aux pieds ronds des chaudrons utilisés pour fabriquer la thériaque. Tout le monde marche dessus, personne ne les voit. C’est vrai qu’elles sont presque invisibles. Mais elles sont bien là.

Ce sont des traces rondes d'usure des pavés, dues aux pieds des chaudrons servant à fabriquer la Thériaque. La thériaque était une potion magique, à base d'ingrédients aussi secrets que dégoutants, sensée guérir de tous les maux et en particulier de la syphilis qui sévissait ici à cause des mœurs douteux et des 10000 prostituées ayant pignon sur rue.

Le campo, où se déroulaient des courses de taureaux jusqu'en 1800, était le lieu de rencontre privilégié des Nobles, et de nombreux palais l'entourent.

J’en ai trouvé une autre par pur hasard dans la rue que j’ai foulée probablement 50 fois, sans l’avoir vue, jusqu’à ce jour de 2015 dans la Ruga San Giovanni près de la Farmacia del Castoro et de l’église San Giovanni Elemosinario. (tout près du Rialto).

À la fin du 19 ème siècle, selon le Codex, la formule légale de la thériaque était la suivante :

opium de Smyrne 120 g

gingembre 60 g

iris de Florence 60 g

valériane 80 g

acore aromatique 30 g

rhubarbe 30 g

potentille 30 g

racine d’aristoloche 10 g

racine d’asarum 10 g

racine de gentiane 20 g

racine de meum 20 g

bois d’aloès 10 g

cannelle de Ceylan 100 g

squammes de scille 60 g

marjolaine 30 g

feuilles de laurier 30 g

feuilles de scordium 60 g

sommités de calament 30 g

sommités marrubes 30 g

sommités de pouliot des montagnes 30 g

sommités de germandrée petit-chêne 20 g

sommités de chamaepitys 20 g

sommités de millepertuis 20 g

rose rouge 60 g

safran 40 g

fleurs de lavande 30 g

écorce sèche de citron 60 g

poivre long 120 g

poivre noir 60 g

fruits de persil 30 g

fruits d’ammi 20 g

fruits de fenouil 20 g

fruits d’anis 50 g

fruits de « séseli de Marseille » 20 g

fruits de carotte 10 g

fruits d’ers 200 g

fruits de navet 60 g

fruits de petit cardamome 80 g

champignon de Paris 60 g

suc de réglisse 120 g

cachou 40 g

gomme arabique 20 g

myrrhe 40 g

oliban 30 g

gomme séraphique 20 g

extrait de férule 10 g

opopanax 10 g

benjoin 20 g

castoréum 10 g

mie de pain 60 g

terre sigillée 20 g

sulfate de fer sec 20 g

bitume de Judée 10 g


Je ne peux résister à vous lire (traduction en français) la notice sur la thériaque à Venise, éditée par la pharmacie située au pont des Bareteri (San Marco à côté du Palais Venier siège de l’Alliance Française).

La thériaque d'Andromaque est une composition réglée en toutes ses parties, et tellement sûre de ses effets qu'elle surpasse tout autre médecine. On peut dire, grâce à Dieu, que c'est LE remède conçu pour la préservation de l'homme, et utile aux nombreux maux qui affligent le corps humain, et qu'il n'est pas besoin de grande explication supplémentaire. Nonobstant l'universalité des bénéfices de la thériaque, on va en décrire quelques-uns particuliers faisant partie de ses vertus prouvées depuis des siècles.

D'abord elle garde tous les composants du corps sain, en lui assurant un juste équilibre des fluides et des solides.


Elle préserve des infections du mauvais air, humide, et contagieux. Elle conforte le cœur, rend l'esprit allègre, et le tempérament robuste.

Pour les voyages en saison mauvaise ou dans les pays froids, une dose chaque matin sera des plus utiles.

Dans la tête elle annule les vertiges, éclaircit la vue, précise l'audition, cure l'épilepsie, les spasmes.

Dans la gorge, elle enlève la toux, libère les glaires et les humeurs grasses.

Dans l'estomac, elle guérit tous les problèmes, fortifie l'organisme, restitue l'appétit perdu, calme la faim.

Dans le foie, elle calme tous les excès de repas, et dans les reins elle purge toutes les saletés.

Elle provoque les menstrues, et réduit les hémorroïdes.

Elle guérit les douleurs des coliques, des diarrhées, des flatulences, et des urines.

Elle est recommandée aux podagres, et pour les douleurs des articulations et les sciatiques.

Avant d'aller au lit, prendre une dose, et elle facilite le sommeil (NORMAL : il y a de l'opium!).

Mais la plus grande vertu de ce prodigieux anti poison, toujours avec succès, est de calmer tous les maux de ventre, éliminer tous les vers des intestins aussi bien chez les enfants que chez les adultes, et de guérir tous les empoisonnements pris par la bouche, par piqûre d'animaux, en l'appliquant sur la partir touchée.

Elle convient à tout le monde sans exception, dans tous les endroits, à toute occasion, avec une plus petite dose pour les enfants, plus grand pour les adultes mal portants. On peut l'utiliser toute l'année, sous tout climat.

Que soit louée la Providence de notre Seigneur Dieu, qui nous a donné un remède aussi efficace et aussi sûr.

Avec cela la renommée de cette Pharmacie Antique garantit l'exactitude avec laquelle elle fabrique ses remèdes et particulièrement cette thériaque.

Et pour cela et afin d'éviter les fraudes, le propriétaire actuel de la pharmacie, fabricant et successeur du Signor Gio, moi Battista Albrizzi, qui signe en dessous de ma propre main.

Rangone à San Zulian

San Zulian est une église coincée au milieu de San Marco, et c’est un carrefour extrêmement peuplé de touristes du matin au soir, qui se croisent entre les Mercerie nord-sud (Rialto Piazza), et Fiubera Guerra est-ouest (Fenice Santa Maria Formosa).

Elle a une particularité : le financeur de la reconstruction, Tommaso Rangone, obtint du Sénat l'autorisation d'avoir sa statue sur la façade, chose normalement impossible pour un laïc à l'époque.

(je pense que c'est lui qui a financé le tableau du Tintoret "la translation de Saint Marc" dont on parle dans mon récit sur l'arrivée de Saint Marc à Venise)

Rangone, à la fois médecin, philosophe et astrologue, venait de Ravenne. Il fit fortune à Venise avec une potion à base de plantes dont la salsepareille et la gomme arabique, censée guérir de la syphilis (il avait la clientèle toute trouvée à Venise …) et la fièvre jaune.

Il écrivit aussi un ouvrage savant expliquant comment vivre 120 ans (il vécut 84 ans tout de même). Sansovino reçut de lui des consignes strictes pour que la façade, qu'il finançait, soit entièrement à sa gloire : sur son catafalque, sa statue de bronze, et des panneaux en plusieurs langues sur sa renommée en tout.

Le catafalque de marbre (on dit qu'il épouse le corps de Rangone) et sa statue de bronze (de Sansovino). Elle est entourée de deux globes.

A droite représente le globe céleste à 44°30 (la latitude de Venise) et les constellations à sa naissance le 18/08/1493.

A gauche la Terre avec l'Afrique et l'Amérique du Sud (d'où provenait le bois d'Inde). Dans sa main droite, deux plantes (la salsepareille, et la gomme arabique) entrant dans la composition de son remède contre la syphilis.

Sa main gauche tient son ouvrage (« comment vivre 120 ans et plus »). Il avait étudié les Vénitiens qui c'est un fait avait de longues vies (voir les Doges en particulier). Il est mort à 84 ans tout de même.

Il y a un cartouche sur la façade indiquant la permission donnée par le Sénat d'ériger cette église au souvenir de l'âme pieuse de "Thomas", Philologue de Ravenne et Physicien.

D'autres cartouches portent des inscriptions ici en hébreu, mais aussi en grec et en latin. Elles illustrent la grandeur et la générosité de Rangone (il était aussi mégalomane que bon homme d'affaires).