Guide en images des églises de Venise

San Francesco della Vigna (Castello)

Note préliminaire : sur les 470 photos réalisées à San Francesco della Vigna, j'ai dû en choisir 89, c'est dire que toutes les œuvres de cette immense église avec ses multiples chapelles, sa sacristie impressionnante et ses deux cloîtres, ne pourront pas être présentées en images une par une, cela ferait un livre.

Histoire

Les Franciscains (de la branche des Observants) s'installent en 1253 sur ce terrain cultivé de vignes (au raisin à goût de fraise), donné par Marco Ziani, fils du Doge Pietro, pour établir un monastère et une église. La légende ajoute à bon escient qu'à cet endroit il existait un petit oratoire dédié à Saint Marc qui, traversant la lagune pour aller à Aquilée, aurait vu ici un ange lui disant : "Pax Tibi Marce Evangelista meum, Hic Requiescet Corpus tuum". Ce leitmotiv est gravé sur le livre que tient le fameux lion de Venise, (le lion étant le symbole de Saint Marc qui le cite dans le désert au début de son évangile).

L'église actuelle est reconstruite par Sansovino en style Renaissance, de 1534 à 1554, à côté du palais familial (dit de la Nonciature, en style Renaissance) du Doge Gritti qui en a pris l'initiative en confiant le projet à Sansovino.

Conseillé par le moine franciscain Francesco Zorzi, Sansovino dessine une structure cabalistique à base 3 (d'autres disent basée sur la Trinité, ou de Dieu même). En tous cas, Zorzi intervient et ne manque pas d'écrire à Sansovino dans une lettre de 1535) cette Proportion Divine à respecter (tout en citant Platon).

La nef centrale fait 9 "pas" de large (un "pas" faisant environ 1,80 mètre, cela fait (16,2m), 9 pas de haut (29m), 27 pas en longueur (48,6m) jusqu'à la chapelle du chœur qui fait 9 pas de long aussi, de même que le chœur des moines derrière le maître-autel), et les chapelles sont larges de 3 pas (5,4m), la longueur totale de l'édifice étant de 45 pas (81m) etc. On peut voir l'épigraphe commémorant la pose de la première pierre dans le pilastre gauche de la chapelle majeure (celui de droite y rapporte sa consécration). Zorzi a aussi indiqué qu'il souhaitait que le transept et le chœur ainsi que la chapelle du maitre-autel soit large de 6 pas, pour l'esthétique.

Extérieur

La façade en pierre d'Istrie est d'Andrea Palladio en 1566 et rappelle un temple antique. Le monastère joint dispose de deux cloîtres bien conservés et les bâtiments derrière non visibles s'étendent sur un espace considérable (je rends grâce à Google, n'ayant pas de drone ni d'hélicoptère, pour l'image "empruntée" qui donne une idée de cet ensemble). Le campanile, qui fait près de 70 m de hauteur, ressemble à celui de Saint Marc. Sur le campo ne pas oublier d'examiner l'oratoire San Marco in Vinea et son porche franciscain très surprenant (la maison carrée dans le campo à droite sur l'image). La bibliothèque attenante contient plus de 80000 ouvrages, certains très anciens datant de l'ancienne bibliothèque du couvent. C'est aussi ici qu'ont été tournés les épisodes de la série policière fameuse du Commissaire Brunetti dont la "Questure de cinéma" se trouvait dans les colonnes rouges de la bibliothèque.

Le campanile est juste un peu moins élevé que celui de la Piazza (pour ne pas faire d'histoires …) mais est visible de partout.

Intérieur

L'intérieur est sobre à la base (franciscaine), en croix latine à une nef unique très haute et large, sans compter les chapelles latérales.

Pour financer la construction (comme à San Sebastiano et ailleurs dans Venise), on décide d’y construire des chapelles qui sont vendues à des riches mécènes contre 300 ducats et la possibilité de mettre leur blason, leurs bustes ou leurs dépouilles (le Doge Gritti dépensa 1000 ducats pour être enterré devant l’autel).

Ne pas s'étonner donc si les chapelles portent le nom de donateurs, et, qui plus est, contiennent forcément des œuvres rappelant le nom ou le prénom de ces mêmes donateurs.

On a donc une nef centrale immense, suivie d'un chœur très long avec de belles stalles derrière le maître-autel, et dans les nefs latérales, des chapelles partout, très richement décorées. On peut dire qu'il n'y a pas un m2 de mur perdu, et pour s'en convaincre, il suffit de regarder les deux minuscules chapelles de part et d'autre de l'autel. L'église a récupéré des œuvres d'autres églises détruites (comme Santa Giustinia tout près ou Santa Ternita).


Adresse : Castello, 2786, Campo della Confraternita

Horaires : 15:00-19:00 (sous réserves, je l'ai visité le matin vers 11h mais 2 Chinois s'y mariaient est c'était ouvert))

Références:

http://www.veneziamuseo.it/TERRA/Castello/Giustina/giust_cie_vigna.htm

Rev3 26/03 /2019

Sur le campo commencer par examiner le porche de la maison carrée (Oratorio dei San Marco in Vinea). Sur l'arche coupée du portail, les bras croisés emblème des Franciscains qu''on retrouvera partout sur les murs. Et surtout cette tête de mort.

L'entrée latérale en pierre d'Istrie. Les Franciscains s'installèrent en 1253. Mais les bâtiments sont de Sansovino, avec des dimensions imposantes. Ses dimensions obéissent à une loi cabalistique à base 3.

9 pas de large , 9 de haut , 27 de long , chapelles larges de 3 pas (voir l'introduction). Noter un oculus par chapelle sur la nef droite et les lésènes qui les séparent.

Les colonnes de la bibliothèque abritant 80 000 ouvrages dont certains très anciens. L'endroit est célèbre pour abriter aussi la "Questure" dans la série du Commissaire Brunetti.

Façade en pierre d'Istrie d'Andrea Palladio en 1566. Les trois parties définissent la nef centrale et les chapelles. Noter la fenêtre-signature de Palladio et le tympan classique.

Dans les niches, à gauche Moïse, à droite Saint Paul (Tiziano Aspetti).

Pour financer le tout, on vendit les chapelles (300 ducats) aux riches Vénitiens désirant le Paradis et la postérité chrétienne. La nef centrale est sobre, aux piliers doriques. (visite par la gauche)

Contre-façade à gauche, magnifique statue byzantine du 12ème.

Chapelle Vettor Grimani (Procurateur de St Marc), achetée par lui en 1537 et dédiée aux Rois Mages (huile sur marbre, F. Zuccari 1564).

Mais son frère Giovanni; patriarche d'Aquilée, à sa mort le transporta à San Antonio di Castelo et prit sa place ici. A droite un bronze Allégorie de la Paix, à gauche la Justice (Tiziano Aspetti 1592).

Le retable sur l'Adoration des Mages (Federico Zuccari, 1564). (peint directement sur le marbre du fond).

Jésus ressuscite Lazare (Federico Zuccari). Au sol, tombe du 16ème siècle de Giovanni Grimani.

Voûte "à la romaine" avec 7 médaillons carrés des Vertus Angéliques, et 8 médaillons circulaires des Vertus Humaines (F. Battista 1561).

Fresques de la lunette : la Résurrection (milieu), Elie guérit le fils de la veuve à droite, Elie et le char de feu à gauche (B. Franco 1561).

Résurrection de Lazare (F. Zuccari, 1561).

Chapelle Montefeltro (ou de San Antonio Abate). Autel d'Esméralda fait lors de la construction de l'église Renaissance, soit 150 ans après la mort du comte.

Statue de Saint Antoine Abbé entouré de Saint Sébastien (droite) et Saint Roch (gauche). (Alessandro Vittoria, 1563).

Gauche : La chute de la Manne (P. Michiels, 16ème siècle). Le comte de Montefeltro avait légué en 1397 2000 Zecchi (pièces d'or vénitiennes) pour financer sa chapelle qu'il désirait à Saint Marc et non ici.

Droite : Le Sacrifice de Melchisedech (école vénitienne 16ème siècle).

Chapelle Basso-Sagredo. Autel en marbre de Carrare, Statue de San Gerardo Sagredo, Saint mort en 1046 (A. Cominelli 17ème siècle).

Le front de l'autel est une marqueterie de marbres polychromes extraordinaire. En haut du retable, 3 statues de la Vierge et angelots musiciens (Cominelli).

Gauche : Urne funéraire et buste du patriarche Alvise Sagredo (G. Gai, 1745).

Droite : le doge Nicolo Sagredo (G. Gai, 1745), festonnée en stuc et avec les trois vertus (GB Tiepolo, 1743).

Coupole : Apothéose de Saint Gerardo (G. Pellegrini, 1741).

Aux angles, les 4 évangélistes (GB Tiepolo). (pas la place de montrer les 4 ici).

Chapelle Dandolo (dédiée à Saint Bernard). Elle a été rachetée à Vicenzo Grimani par Eiizabeth Dandolo en 1538.

La Vierge à l'Enfant avec Saint Antoine Abbé et Saint Bernard (G. Porta dit Il Salviati, 1555).

A gauche : le prophète Isaïe.

A droite : Sibylle de l'Erythrée, fresque (Il Salviati 1570).

Chapelle Giustinian "della Salute. Achetée en 1536 par Lorenzo Giustinian. Siège de la Scuola della Devozione della Beata Virgina della Salute.

La Sainte Famille avec Sainte Catherine et Saint Antoine Abbé (P. Caliari dit le Véronèse 1551).

Adoration des bergers (A. Vassilachi).

Vierge à l'Enfant (A. Vassilachi, 17ème siècle).

Chapelle Priuli, dédiée à Pasquale Baylon (noble de la Famille Priuli).

Autel avec statue de bois de Saint Pasquale Baylon (M. Molziner 1691, se trouvait avant dans la chapelle précédente).

Sur l'autel, la tombe de verre le corps de Santa Cristina (mis ici lorsque l'église San Giustinia, (pourtant vue par Saint Magne ici) a été démolie en 1810 par Napoléon.

Droite : Vierge dans la douleur (Vassilachi ?), la pierre du martyre de Sainte Giustinia.

La chaire de gauche, semblable à celle d'en face. Au-dessus le Rédempteur (F da Santacroce, 1797, remplace l'original volé par Napoléon en 1797). (on y accède par la chapelle Priuli).

Martyre de Saint Laurent (G. di Santacroce), copie de l'original de 1520 emporté par Napoléon en 1797.

Transept gauche et chapelle Badoer. Porte vers les cloîtres et la chapelle sainte, attribué à tort à Sansovino (de G. de Grigi). Au-dessus, bas-relief du Doge Marcantonio Trevisan devant le crucifix (G. de Grigi).

Chapelle Badoer Giustinian, 1509. Dédiée à San Girolamo. Au centre, la vie de Jésus, la Vierge et l'Enfant, San Girolamo et 4 Saints, Vie de San Girolamo, le Jugement Universel.

Les reliefs de droite à gauche : 6 Prophètes, 2 Evangélistes, 2 Evangélistes, 6 Prophètes (Tullio et Pietro Lombardo 1532).

Payée par Girolamo Badoer, ici enterré, mais sa fille Agnesina y fit enterrer aussi son 2 ème mari Girolamo Giustinian, D'où le nom.

En sortant à gauche, on entrevoit le cloître et le couloir mène à la chapelle sainte

Madone à l'Enfant et les Saints (Jean Baptiste, Jacques, le donateur, Girolamo Sébastien), (Giovanni Bellini, 1507).

Ensuite, la sacristie, à gauche, St François réconforté par l'Ange (Nicola Grassi), puis Adoration des Mages (copie de la chapelle Grimani au début).

Autel du Sacré Cœur.

Saint Bonaventure en études, au-dessus San Diego d'Alcantara en extase (Palma le Jeune, fin 16ème siècle), à droite San Giovanni di Capistrano (N. Grassi).

L'Immaculée et les Saints (Giuseppe Angeli, 1760), rencontre avec Saint Dominique et Saint François, Saint Marc et l'Ange (école vénitienne, début 17ème siècle).

Saint Antoine de Padoue (Nicola Grassi).

Autel de Sansovino (1559).

La communion de Saint Bonaventure (N. Grassi). On rvient dans l'église.

Dans le coin près du chœur, une tempera du 14ème siècle, la Madonna dell'Umilta (anonyme).

Sur le côté gauche du chœur : (minuscule et étroite) chapelle de San Diego d'Alcala, tableau de San Diego guérissant les malades (S. Peranda, début 17ème siècle).

Le maître-autel est prolongé par le chœur de moines, presque aussi long que la nef, avec de belles stalles. Dans le transept et le vestibule, un nombre impressionnant de stèles funéraires au sol (Doges, Grandes familles).

Autel de G. Campagna en sapin et peuplier mi 16ème siècle), reconstruit avec 8 colonnes en bois au départ, puis corinthiennes en marbre et une cimaise baroque par Baldassare Longhena en 1649.

Le gros tabernacle provenant de Santa Lucia détruite fut enlevé en 1939. De chaque côté, statues de Francesco et Antonio placées sur les portes du chœur.

A gauche de l'autel, monument à Andrea Gritti (doge de 1523 à 1538). Dans la cimaise, une Annonciation et le Père éternel au centre.

A droite, monument funèbre au Sénateur et Capitan del Mar Tiadano Gritti grand-père d'Andrea (mort en 1474).

Juste une idée du chœur qui est immense, contient une crèche grandeur nature au sol, et partout des tableaux. Ici côté gauche : Christ bénissant Venise, la Vierge et les Saints (Palma le Jeune, 1604).

Ici l'Immaculée Conception (G. Lazzarini 1720). Saint Pierre d'Alcantara communie Sainte Thérèse d'Avila (Umile da Foligno, 17ème siècle).

Côté droit, de g. à d. La Vierge prie le Christ de libérer Venise de la peste (Le Tintoret, 1637). Saint Pierre d'Alcantara traversant miraculeusement le fleuve (Umile da Foligno, 17ème siècle). La Sainte Trinité (F. Francesco, fin 18ème siècle).

Puis : Diner chez le Pharisien (Andrea Michiel Il Vicentino début 17ème).

La Vierge montre l'Enfant à Saint François (attr. à Palma le Jeune).

Sur le côté droit du chœur : chapelle (minuscule et étroite derrière une grille) de Saint Bonaventure (et urne contenant les reliques de Sant' Anastasio arrivée ici en 1842 de Sainte Ternita démolie).

On passe maintenant aux chapelles de la nef droite. Il y en a 2 avant celles de la nef droite. La porte latérale qui donne dans le transept est de Grigi avec sur le portail un lion de Saint Marc de 1535.

Chapelle (Giustinian dei Vescovi) donnant sur le transept droit. Saint François d'Assise reçoit l'Enfant de la Vierge (S. Peranda, début 17ème siècle).

Droite : La mort de St Pierre d'Alcantara (F. Fontebasso, 1765), Les Vertus théologales (J. Marieschi, 1785), et Saint Pierre et la reine d'Espagne (F. Fontebasso, 1765).

Saint Pierre montre la voie du Paradis à Sainte Thérèse d'Avila (F. Fontebasso, 1765), La Pénitence et la Méditation (F. Magiotto, 1789), et Extase de Saint Pierre (F. Fontebasso, 1765). Plafond avec la Gloire de Pierre d'Alcantara (Fontebasso).

Chapelle Marc'Antonio Morosini. Mort en 1509 il fut inhumé en Franciscain dans le cloître pour être mis ici en 1536 quand la chapelle fut terminée (puis refaite par Sansovino en 1542 avec l'autel en marbres polychromes). Tableau de la Vierge trônant avec l'Enfant (Fra Antonio da Negroponte, ca 1460).

La décoration de cette petite chapelle est la plus colorée de l'église. Lunette avec le Père Eternel (B. Rusconi, 1500).

Contre le mur sur la droite, Laurent de Rome (fin 16ème siècle, provenant de la Scuola de San Francesco).

La chaire de droite, financée par Matteo Goretto, ce qui justifie pleinement la toile représentant Saint Matthieu en-dessous (Francesco Montemezzano).

L'autel mentionne les épigraphes de Matteo en haut, Giacomo et Luigi Goretto en bas.

Au-dessus de la chaire, l'Assomption de Francesco Montemezzano (fin 16ème siècle).

Chapelle Barbaro, avec sur l'autel le Baptême du Christ avec San Francesco et San Bernardino da Siena (Scuola de Devozion del Santo Nome de Gesu). (puis dédiée à Jean Baptiste après sa reconstruction).

Chapelle Malipiero-Badoer (1546). Initialement pour S. Malipiero, un siècle plus tard, elle passa aux Badoer. La résurrection (Paolo Caliari, dit Le Véronèse, 1560).

Chapelle Contarini dédiée à St François d'Assise. Sur l'autel, la Vierge en gloire avec les saints (Palma le Jeune 1624), au-dessus stuc d'un ange, de la Justice et de la Prudence.

A gauche, épigraphe et buste du Doge Francesco Contarini (A. Gai, 1761).

A droite, épigraphe et buste du doge Alvise Contarini son frère.

Chapelle Badoer-Surian. Autel du 17ème siècle, statue de la Vierge en bois polychrome (auteur inconnu). En haut sur le mur (peu visible), l'Immaculée avec San Cristoforo (école de Venise, 1685).

Elle est achetée en 1535 par le Procurateur de St Marc Pïero Badoer, vouée au Saint Sacrement, elle est mise ici en 1583 parce que la statue était miraculeuse. Ensuite dédié en 1850 à la Beata Virgine della Celestia.

A gauche, la guérison de l'aveugle-né (A. Trevisani, 1715).

La Samaritaine au puits (F. Polazzo, 1715).

A droite, Rebecca au puits avec Eleazar (N. Grassi, ca 1715).

Sacrifice d'Isaac (G. B. Pittoni, ca 1715).

Chapelle Bragadin. dédiée à Ste Catherine.

Autel : Sainte Catherine d'Alexandrie avec les Saints Girolamo, Jean Baptiste, Jacques Apôtre (G. Porta Il Salviati mi 16ème siècle)

Droite : la Cène (F. da Santacroce, mi 15ème siècle, vient de Santa Ternita démolie). La chapelle fut achetée par Girolamo Bragadin en 1537 avec sa sœur Caterina (avec droit de sépulture). (d’où le tableau central avec Catherine d'Alexandrie, une très bonne habitude à Venise …).

Gauche : Résurrection (G. da Asola, 16ème siècle).

Contre façade, à droite de la porte, polyptyque de Vivarini avec saint Girolamo, Bernardino da Siena, Alvise (Louis de Toulouse).

Premier cloître.

Deuxième cloître.