Guide en images des églises de Venise

Santi Apostoli (Cannaregio)

Histoire

Selon la légende, ce serait une des églises primitives fondées par Saint Magne (Magno) en 643 dans les îles de Venise. L'évêque d'Oderzo aurait vu les Apôtres lui commander d'édifier une église à l'endroit où il verrait douze grues (ou cigognes ?) se poser (voir ci-dessous). On pense que la première église fut réalisée vers l’an mille. Elle fut complètement reconstruite après un incendie en 1105.

Elle a été encore plusieurs fois détruite et plusieurs fois reconstruite et là les dates que l’on peut voir sont très différentes selon les sources (1175, 1510, 1549). En 1570 (ou plus probablement en 1575), A. Vittoria réaménage le tout, mais réutilise les fresques et la chapelle Corner dont on voit le dôme extérieur entre les maisons collées au côté de l'église.

Anecdote : en 1579 c'est ici qu'un curé expliqua longuement qu'il ne fallait pas adopter la tendance montante pour les femmes de se montrer avec un décolleté profond ou même seins nus comme la mode commençait à faire fureur .... Son prêche fit long feu et les Vénitiennes furent connues pour porter des robes plus qu'indécentes.

L’extérieur

L'édifice actuel est une nouvelle restructuration réalisée par Giovanni Pedolo et date de la moitié du 18ème siècle.

L'imposant campanile de 47 mètres, probablement construit dès le 7ème siècle (?), plusieurs fois refait (1450, 1601, renversé par une tempête en 1659), date de 1672 avec Andrea Tirali (terminé en 1712 par A. Gaspari) avec un socle en pierre d'Istrie et un joli bulbe baroque au sommet.

La façade ne donne pas sur le grand campo devant le campanile mais sur la placette sur le côté. Cette façade est assez quelconque sauf le portail d’entrée, avec une mention en latin rappelant la reconstruction de 1549.

Le campanile imposant de 47m était originellement plus petit (au 7ème siècle). Il disparut dans l'énorme incendie de 1105 où le quart de la ville brûla (en partant du campo des Santi Apostoli d'ailleurs). Il fut reconstruit en 1450 et de nouveau écroulé en 1659 par une tempête, mais on le reconstruisit en 1672 sur un plan d'Andrea Tirali.

L’intérieur

L'intérieur (initialement sur un plan de basilique à trois nefs) est à nef unique presque carrée, de faible hauteur, en tout cas d'apparence spacieuse par l'absence de colonnes intérieures. Les pilastres sur les murs latéraux séparent les autels. La chapelle Corner est l’unique survivante de l’ancienne église, et son abside est visible depuis le campo. Giorgio Corner (frère de Catherine) la fit commencer en 1483 et elle fut terminée en 1499. Dédiée à Catherine Corner (voir plus bas l'histoire), reine de Chypre avec la condition qu’à la mort de son mari, l’île deviendrait propriété de Venise (il a fallu la pousser un peu et lui faire un pont d’or pour qu’elle soit rapatriée à Venise). Morte en 1510, et enterrée ici, elle fut portée ensuite dans l’église San Salvador. La chapelle contient un tableau de Giambattista Tiepolo (la communion de Catherine) et deux catafalques des frères Corner. A voir aussi un beau plafond (difficile à voir) illustrant la communion des Apôtres de Fabio Canal aidé de Gaspari avec, dans les ovales, les quatre Evangélistes).

L'histoire de Catherine de Chypre

Une histoire plus complète que celle qui existait ici est à la page

JCS-RecitsetLégendes-CaterinaCorner


Sur Saint Magne et les premières église vénitiennes (légendes)

San Pietro di Castello Saint Pierre lui commanda San Pietro là où il verrait des bœufs et des moutons,

Anzolo Rafaele (Angelo Raffaele, San Raphaele Archangelo) là où, lui indiqua l'Archange en songe, il verrait un rassemblement d'oiseaux,

Santa Maria Formosa là où, lui dit la Vierge qui lui apparut sous la forme d'une femme belle plantureuse, il verrait un nuage blanc descendre et rester sur le sol.

San Giovanni in Bragora, (Saint Jean Baptiste), là où, lui ordonna le Saint, il verrait arriver une compagnie de grues.

Santi Apostoli, car les douze apôtres lui dirent de regarder un lieu où se seraient posées douze grues (ou 12 cigognes ?).

San Zaccaria, pour le père de Saint Jean Baptiste.

San Salvador, ou le Christ lui demanda de rechercher un nuage rouge descendant sur ce lieu où bâtir une église à lui dédiée (le Sauveur).

Santa Giustina, que le Saint martyr padouan lui demanda de construire là où une vigne porterait des fruits mûrs.

Références

http://www.veneziamuseo.it/TERRA/Cannaregio/Apostoli/apo_cie_apostoli.htm

Adresse : Campo Santi Apostoli, Cannaregio 4542

rev4 24/11/2019

La première église date de l’an 1000, mais de nombreux incendies, reconstructions, modifications et aménagements ont eu lieu en 1105, 1549, 1575, etc.

Seule la chapelle Corner a été laissée intacte dans l’actuel édifice datant du 18ème siècle. Le campanile, haut et imposant, est terminé en 1712 par A. Gaspari.

La façade et l’entrée ne donnent pas sur le grand campo mais sur la place latérale. Une inscription au-dessus de la porte indique la reconstruction de 1549.

L’intérieur du 16ème siècle, est à une seule nef rectangulaire, un chœur avec 2 chapelles latérales, et 10 autels-chapelles latérales(référence aux 12 apôtres).

Flanc gauche. Le chœur est surmonté d’une coupole hémisphérique soutenue par 4 piliers rectangulaires.

Flanc droit avec au milieu la chapelle Corner restée intacte après toutes les restructurations. (visite par la droite).

Beau plafond, avec dans les 4 ovales les Evangélistes.

Au centre, la Communion des Apôtres, et l'Exaltation de la Croix (Fabio Canal, aidé de C. Gaspari, 1753).

A l’entrée à gauche, bénitier avec St Pierre (H. Meyring 1714).

A droite, bénitier avec St Jean Baptiste (G.B. Piazzetta, 1698).

Madone grecque « odighitria » (qui montre le Christ comme le chemin), 16 ème siècle.

L’icône a été placée ici en 1979 dans la première des 12 chapelles consacrées aux 12 Apôtres.

Le Christ apparait aux Apôtres au Cénacle (Sebastiano Santi, 1828). Plus à gauche, la Chapelle Caterina Corner (école de Mauro Codussi).

La chapelle de Catherine de Chypre, (on voit l’abside à l’extérieur). Voir le récit de sa vie à JCS-RécitsetLégendes-CaterinaCorner

Sur l'autel, la dernière communion de Sainte Lucie (Giambattista Tiepolo, 1748). Remarquer les deux yeux énucléés de Lucie dans la coupelle dans la main gauche du prêtre. (voir l'histoire de Lucie dans l'introduction de l'église San Geremia e Lucia

Sur les côtés les tombeaux de Marco Corner à droite, son père, 1511. Noter que Chypre a été reprise par les Turcs en 1571. (et les Britanniques se la sont appropriée en 1878).

A gauche celui de Giorgio, son frère, 1527. (enfin, les Turcs ont envahi la moitié de l’île en 1974). Apportés au départ ici, les restes de Catherine sont depuis 1580 (1575 ?) à San Salvador.

Le deuxième autel abrite une «Naissance de la très Sainte Marie» (Girolamo Contarini, ca 1550).

Chapelle latérale droite, en marbre noir, rapporté du cloître des Gesuiti en 1828, de l’Eucharistie. La croix en bois est du 16ème, (copie d’une croix ayant existé sur l’ile de Poveglia).

Au mur, des fresques de style byzantin avec la Déposition du Christ, et une tête de Saint Sébastien de Tullio Lombardo.

En-dessous la mise au tombeau. Ces fresques sont du 14ème siècle et remarquables de précision.

Le chœur : à droite, la Cène (Cesare da Conegliano, 1583), avec, en fond, la cour du palais des Doges fin 16ème siècle.

Tableau moyen comparé à d’autres « Cène» à Venise mais très intéressant pour l’architecture du Palais des Doges (en fond) avec un bout de l’escalier des Foscari (détruit début 17ème).

L’autel néoclassique, avec un tabernacle en forme de temple (Francesco Lazzari, début 19 ème) et les statues de Pierre (clés, à gauche) et Paul (épée, à droite), (Il Torretto, 1711).

A gauche, la Descente de la Manne (école du Véronèse).

Chapelle de gauche, l’Angelo Custode, (Toile de F. Maffei, mi 1600). Statue de la Vierge sur l’autel (Niccolo di Lamberti, 15ème siècle).

L’Ange Gardien est entouré du Sacré Cœur et d’une religieuse (?).

Sur les murs, des bustes et des tableaux divers.

Autel de gauche après la chapelle : San Giuseppe, San Giovanni Battista et Sant’Antonio da Padova en conversation sacrée avec Marie, (G. Diziani, ca 1725 sans garantie).

Touchant ce Jésus qui tapote la tête d’Antoine de Padoue.

Flanc gauche et orgue de Nacchini (restauré en 1766).

Les fonds baptismaux (G. Bernardi dit Il Torretto).

Au-dessus, bas-relief de la Pentecôte. Les flammèches descendent sur les têtes des Apôtres.

Catherine d’Alexandrie, Saint Antoine l’abbé, Saint Jérôme et Saint Jean Népomucène (D. Maggiotto).