Guide en images des églises de Venise

San Francesco da Paula (Castello)

Histoire

L’origine de l’église primitive est énigmatique car les textes font état de deux édifices religieux au même endroit : un oratoire annexé à un hôpital, et une église normale. L’église aurait été bâtie en 840 sur un terre-plein près d’Olivolo, dédiée à Saint Demetriu de Thessalonique, puis rénovée en 1070 et dédiée à San Bartolomeo.

L’oratoire serait créé en 1296, sur permission du Capitulaire de San Pietro di Castello, en annexe à un hôpital créé en 1291 par testament de l’évêque Bartolomeo I Querini, dédié à San Bartolomeo. Si on examine la carte de Venise de Barbaro en 1500, on peut voir une église de style gothique (San Bartolomeo), mais dont le dessin pourrait être un oratoire, cependant que tout à côté de l’église on peut voir un autre petit édifice religieux qui pourrait aussi être cet oratoire.

Donc confusion historique complète, mais qui n’a pas d’importance autre qu’anecdotique, car en 1588, après une rude concurrence entre deux ordres religieux souhaitant l’un refaire l’hôpital en ruine, l’autre une église et un monastère pour leur confrérie, ce sont finalement les Minimes qui l’emportent. Ils démolissent oratoire, hôpital et église, pour construire une nouvelle église dédiée aux deux Saints San Bartolomeo Apostolo, et Francesco da Paula Confessore (en vénitien Paola, en français Paule).

La première pierre est posée en présence du Doge Pasquale Cigogna et bénie par le Patriarche Giovanni Trevisan. Comme souvent à Venise lors des reconstructions, on change l’axe de l’église avec une façade maintenant tournée sur la Fondamenta (bouchée et devenue Via Garibaldi). Elle est consacrée le 19 avril 1619.

Fermé à la chute de la République en 1797, la Via Garibaldi est élargie par Napoléon pour mieux y faire circuler ses militaires. Et le couvent est supprimé en 1806 (démoli en 1885, pour en faire une école). Les Frères s’enfuient pour Vérone, mais l’église est ouverte. En 1952, elle est séparée de San Pietro di Castello et élevée en église paroissiale assignée aux Pères Salésiens.

Note : les deux mots "Paula" et "Paola" sont utilisés dans les langues espagnoles et italiennes (surtout Venise) pour définir ce Saint François, en français on utilise le mot "Paule".

Extérieur

La façade blanche est très simple, classique à deux niveaux, surmontés d’un tympan triangulaire. Une fenêtre semi-circulaire très conventionnelle orne l’étage «porté» par 4 colonnes–lésènes à chapiteaux corinthiens, tandis que sur la partie droite on distingue une horloge conventionnelle (bizarre mais curieux).

Un mystère subsiste : pourquoi la façade est ornée de la peinture d’une horloge marquant 9h30 ?? La réponse serait qu’il s’agit de l’heure exacte à laquelle serait mort San Francesco da Paula. Mais, encore plus bizarre, une photo du 19ème siècle montrerait cette horloge avec une seule aiguille, pointant sur 10 heures !

Le portail est petit, de style classique avec un petit tympan triangulaire. Dans ce tympan portal se trouve un soleil enflammé avec à l’intérieur la devise de l’ordre des Minimes (CHARITAS).

Le campanile carré se situe derrière et a été détruit (instabilité ?) et à la place on trouve une petite tour carrée de 3 mètres de haut.


Intérieur

L’église est toute petite (39m par 18) pour Venise (ce n’est pas plus mal …). Elle possède une seule nef, et 10 autels du 16ème siècle en marbre, tout de même, en plus du chœur, flanqué de deux petites chapelles latérales (une peu sombres). Un Barco recouvre l’entrée et se prolonge ensuite au-dessus des chapelles latérales (3 de chaque côté), ce qui rend cette architecture très originale. Chaque chapelle est richement ornée, avec des sculptures et des retables de grande qualité, qui racontent en majorité la vie et les miracles de Saint François de Paule. Le plafond à coffres, du 16ème siècle, est peint avec des épisodes de la Bible et des miracles du Saint.

Sur François de Paule

Saint François de Paule, né en 1416 à Paula (ou Paola) en Calabre et mort à 91 ans en décembre 1507, vit en ermite dans une grotte, puis avec un groupe d’ermites de Saint François d’Assise. Il guérit ls malades et ressuscite des morts dès son plus jeune âge ce qui désespère les médecins. Il traverse le détroit de Messins, sur son mantear, pour aller en Italie avec ses frères après le refus d'un patron de bateau. Il dénonce les abus politiques du roi de Naples. Il part en France, mais la Provence subit la grande peste, remonte le Rhône et finit par s'arrêter à Plessis-les-Tours chez François 1er puis Louis XI proche de la mort, et Charles VIII qui lui construit le couvent de Plessis-Lès-Tours, puis plusieurs autres en France et à Rome. Il est canonisé en 1509.

Il a créé l’ordre des Minimes avec une Règle de 1493 modifiée ensuite en 1501 et 1506, basée sur les règles franciscaine, augustiniennes, bénédictine, et son érémitisme originel (vœu de pauvreté, refus de l’argent).

Adresse : Via Garibaldi 1927, Castello

Horaires : 07 :45-12 :00 15 :00-19 :00

Rev3 18/03/2019

De l'extérieur, l’église est très simple, classique, à deux niveaux, avec 6 chapiteaux corinthiens, tympan triangulaire, petite fenêtre en demi-lune.

Un mystère subsiste : pourquoi la façade est ornée de la peinture d’une horloge marquant 9h30 ??

Il s’agirait de l’heure exacte à laquelle serait mort San Francesco da Paula. Mais, bizarre, une photo du 19ème siècle montrerait une seule aiguille, pointant sur 10 heures !).

Le portail tympan triangulaire dans lequel un soleil brille et au centre la devise « Charité » de l’Ordre des Minimes.

L’intérieur à une nef de 39m de long et 18 de large, 6 chapelles latérales et 2 de part et d’autre du chœur. Un Barco commence sur la contre-façade et court au-dessus des chapelles, avec de tableaux de la vie du Saint.

Plafond (G. Contarini, 1585) : Résurrection, Nativité, Annonciation, Guérison d’un possédé, François donnant son pain aux pauvres.

François traversant le détroit de Messine, les 4 Evangélistes, et épisodes de la famille Carafa.

(visite par la droite).

La chapelle à droite du barco abrite une statue de St Antoine de Padoue dans une niche en mosaïque, ensuite les 3 chapelles du flanc droit.

A droite, tableau de La Vierge des 7 douleurs (inconnu), à gauche un Christ en bois, et tableau de la Vierge, Saint Jean Evangéliste et les donateurs (Palma le Jeune).

Troisième chapelle (ici au centre), tableau de Saint François de Paule (attr. A. del Friso). Plus à gauche, un autel du 16ème siècle, avec une statue polychrome de la Vierge du Rosaire (venue en 1619 de l’église Saint Dominique de Castello).

Sur les côtés, 4 panneaux sur San Francesco : à gauche, 1) il ressuscite un agnelet, 2) les pêcheurs restituent l’argent perdu par un bienfaiteur, à droite 3) le Saint coupe en deux une pièce d’or, 4) la bonne mort du roi Louis XI (F. Zanchi).

Chapelle latérale droite, au plafond, le Saint guérit les pestiférés de Fréjus (G. Diziani, 1745).

Sur l’autel, l’Annonciation (Palma le Jeune, 1585).

Chœur, restructuré au 18ème siècle, autel avec tabernacle en marbre vert de Gênes, entouré d’une statue de Saint Marc à gauche (GM Morlaiter) et de San Bartolomeo à droite (A. Cattagiapiera).

Voûte : fresque de San Francesco da Paula en gloire (M. Schiavone) et aux angles les Evangélistes. Dans les ovales monochromes sur les côtés, représentations de l’Ancienne et de la Nouvelle Loi.

Chapelle latérale gauche : Jésus en gloire avec San Antonio Abate et Antonio di Padova. Au-dessus, le Saint traversant le détroit de Messine sur son manteau.

Orgue des frères Callido (Gaetano) de 1799. L’église est bien entretenue, et il y a vraiment très peu de monde pour la visiter.

Un vrai plaisir qui nous change des Frari ou de Zanipolo. Flanc gauche et les trois chapelles.

Troisième chapelle gauche, "Le Sante Caterina, Chiara, Gertrude e Marina attribuito a J. Palma il Giovane; su legno Mater Consolationis".

Catherine, Claire, Gertrude, Martine, (attr. Palma le Jeune), sous une peinture sur bois de Mater Consolationis du 14 ème siècle.

Deuxième chapelle (ici à droite), Sainte Anne, les Saints Osvaldo et Gaetano, en dessous le Sacré Cœur, Sainte Rita et Thérèse de l’Enfant Jésus.

Santi Anna, Osvaldo e Gaetano; dipinto Sacro Cuore, Sante Rita e Teresa del Bambin Gesù.

( c’est du vrai vénitien !)

Première chapelle gauche, Saint Vincent Ferrer (anonyme, rapporté de San Domenico di Castello). Plus à droite (pas de photo), un baptistère du 16ème siècle en marbre rose de Vérone, et toiles du Martyre de San Bartolomeo (G. Marieschi, 1764), déplacé ici depuis le maître-autel en 1953.

Au-dessus des chapelles et du chœur, de nombreux tableaux illustrant les miracles de Saint François de Paule (Tiepolo), à droite, la libération d'un possédé.